vendredi, octobre 7, 2022
AccueilActualitésUn régime à base de plantes est-il le meilleur pour l'environnement ?

Un régime à base de plantes est-il le meilleur pour l’environnement ?

S’il ne fait aucun doute qu’un régime à base de plantes est, dans l’ensemble, meilleur pour l’environnement qu’un régime à base de viande, manger végétalien n’est pas totalement exempt de défauts.

Qu’il s’agisse de fruits et légumes exotiques qui font grimper les kilomètres aériens ou de noix qui consomment des quantités d’eau impressionnantes, il ne suffit pas de renoncer à la viande et aux produits laitiers pour être végétalien.

Ce blog explore toutes les facettes du régime végétalien, en abordant à la fois les avantages et les inconvénients du végétalisme et la manière de profiter d’une alimentation plus respectueuse de l’environnement.

Pourquoi manger de la viande est-il mauvais pour l’environnement ?

Malgré certaines critiques concernant le véganisme, il est généralement admis que la viande est l’un des principaux responsables de notre empreinte carbone individuelle.

L’industrie de la viande génère un niveau élevé de gaz à effet de serre dangereux, du méthane produit par le bétail au dioxyde de carbone libéré lors de la déforestation pour l’agriculture.

La viande de bœuf est celle qui produit le plus de gaz à effet de serre, avec une moyenne mondiale de L’ONU estime également qu’environ 14 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine proviennent de l’industrie de l’élevage.

Outre le méthane émis par le bétail, les usines de production de produits laitiers rejettent également du dioxyde de carbone et de l’oxyde nitreux. Avec plus de 270 millions de vaches laitières dans le monde, la demande de lait augmente en raison notamment de la croissance démographique et de l’occidentalisation des régimes alimentaires, qui contiennent généralement plus de produits laitiers.

Pourquoi manger de la viande est-il mauvais pour l'environnement ?

Le véganisme est-il plus respectueux de l’environnement ?

Compte tenu de ce qui précède, il va sans dire que réduire sa consommation de viande et de produits laitiers – en suivant un régime végétalien ou végétarien – est meilleur pour l’environnement.

Les faits montrent que de plus en plus de personnes commencent à comprendre l’impact environnemental, la consommation de viande au Royaume-Uni ayant diminué de 17 % au cours des dix dernières années.

Manger végétarien entraîne 2,5 fois moins d’émissions de carbone qu’un régime carné, tandis que manger végétarien pendant un an pourrait permettre d’économiser la même quantité d’émissions qu’une famille retirant une petite voiture de la circulation pendant 6 mois. Vous contribuerez également à préserver les terres dont nous disposons déjà : un régime végétarien nécessite 2,5 fois moins de terres pour la culture des aliments.

A lire aussi :  Comment se débarrasser des mouches et des moucherons dans votre évier.

Étant donné qu’environ 85 % de nos pêcheries sont surexploitées ou exploitées, le fait de ne plus consommer de poisson peut également contribuer à rétablir l’équilibre naturel de nos océans.

Toutefois, si les avantages pour l’environnement sont nombreux, il est important de rappeler que tous les aliments d’origine végétale ne sont pas bons pour la planète. Ce n’est pas aussi simple que cela : la viande est mauvaise, les fruits et légumes sont bons. Afin de réduire réellement vos émissions de carbone et de profiter d’un mode de vie plus écologique, chaque aliment doit faire l’objet d’un examen minutieux.

Les “mauvais” aliments à base de plantes

Rien n’est comparable à l’impact éthique et environnemental de la viande, du poisson et des produits laitiers. Cependant, tous les aliments végétaliens ne bénéficient pas d’un label vert. Certains fruits et légumes ont une empreinte carbone dévastatrice, tandis que d’autres aliments d’origine végétale utilisent une grande quantité de ressources naturelles de la planète.

Les fruits et légumes transportés par avion peuvent générer plus d’émissions de gaz à effet de serre que la viande de volaille élevée localement. Lorsque les fruits ne sont pas de saison au Royaume-Uni, ils sont importés d’ailleurs pour répondre à la demande. Les fraises en hiver n’ont pas toujours été la norme, mais nous nous y sommes habitués sans y penser.

Bien que le Royaume-Uni soit une nation de producteurs d’asperges, en particulier dans le nord, il doit importer ce légume à tige verte lorsqu’il n’est pas de saison ici. Une étude récente a révélé que les asperges du Pérou avaient le plus grand impact environnemental parmi les 56 légumes analysés, avec 5,3 kg de dioxyde de carbone produits pour chaque kilo d’asperges.

Les avocats ont récemment fait l’objet de critiques de la part de la presse, qui les a utilisés pour critiquer le régime végétalien. Ce fruit vert et charnu consomme beaucoup d’eau pendant sa croissance et sa récolte : un seul arbre adulte en Californie (où sont cultivés de nombreux avocats) a besoin de 209 litres d’eau pendant les mois d’été. Dans les environnements soumis à un stress hydrique où les avocats sont cultivés, notamment en Californie, au Chili, au Mexique et dans le sud de l’Espagne, l’impact environnemental local peut être dévastateur.

A lire aussi :  Le lavage des microfibres est-il mauvais pour l'environnement ?

De nombreuses personnes renonçant à la viande pour des raisons éthiques ou environnementales, les produits à base de fausse viande sont en plein essor. Ces substituts de viande utilisent souvent des champignons ou des mycoprotéines (fabriquées à partir de champignons) pour reproduire la sensation originale. Bien qu’ils n’utilisent qu’une fraction de la terre par rapport au bœuf, à l’agneau ou au poulet, les émissions de dioxyde de carbone peuvent tout de même atteindre 6,15 kg par kilo.

De même, le lait de noix est devenu de plus en plus populaire parmi ceux qui cherchent à réduire leur consommation de produits laitiers. Cependant, les amandes et les noix de cajou (deux des fruits à coque couramment utilisés dans le lait végétal) comptent parmi les cultures à grande échelle les plus gourmandes en eau de la planète. On estime que les fruits à coque consomment 4 134 litres d’eau pour chaque kilo de noix décortiquées, ce qui est énorme.

Comment manger de manière plus écologique

Il est impossible d’éliminer complètement notre impact environnemental en matière d’alimentation. Tout ce que nous mangeons a une empreinte carbone, aussi minime soit-elle.

Cependant, il est important que nous fassions des choix plus conscients en matière de produits d’origine végétale et que nous tenions compte de leur degré de respect de l’environnement.

Il suffit de prêter attention à la façon dont les aliments d’origine végétale sont cultivés et transportés, en optant pour des produits locaux et de saison lorsque cela est possible.

Voici quelques fruits et légumes de saison à déguster :

  • Hiver : Poireaux, céleri-rave, panais, brocoli à germination violette.
  • Printemps : Asperges, betteraves, légumes verts de printemps, cassis.
  • Été : Baies, tomates, concombres, maïs doux.
  • L’automne : Pommes, poires, choux, potiron.

Veillez à éviter les fruits et légumes chauffés en serre ou les aliments importés par voie aérienne.

Recherchez les magasins qui vendent des aliments d’origine locale. Vous ferez ainsi un geste pour l’environnement tout en soutenant les petites entreprises locales.

Véronique Genre
Véronique Genre
Rédactrice pour le site ufc-star.com, j'écris sur des sujets passionnant liés au monde du sport. Autrement je suis une célibataire de 30 ans et j'habite à Nice. J'adore écrire et suis mordue de randonnée !
RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments