vendredi, octobre 7, 2022
AccueilActualitésLes Ouïghours en Chine : explications sur les abus commis dans la...

Les Ouïghours en Chine : explications sur les abus commis dans la province du Xinjiang, y a-t-il eu un génocide, que dit le rapport de l’ONU ?

Selon un nouveau rapport de l’ONU, la Chine est accusée d’avoir commis des crimes contre l’humanité.

L’ONU a accusé la Chine de “graves violations des droits de l’homme” dans un rapport très attendu sur les allégations d’abus dans la province du Xinjiang.

Les enquêteurs ont déclaré avoir trouvé des “preuves crédibles” de torture pouvant s’apparenter à des “crimes contre l’humanité”, ce que la Chine nie.
Cette annonce intervient exactement un an après que la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a déclaré que son bureau “finalisait son évaluation des informations disponibles sur les allégations de violations graves des droits de l’homme dans cette région, en vue de les rendre publiques”.
Et elle avertit que la “détention arbitraire et discriminatoire” de ces groupes au Xinjiang, par des mesures qui les privent de “droits fondamentaux, peut constituer des crimes internationaux, en particulier des crimes contre l’humanité.”

Qui sont les Ouïghours ?

Au début de l’année, des milliers d’images du très secret système chinois de détention de masse ont été piratées des serveurs informatiques de la police régionale et remises à la BBC.
Après des mois d’enquête et d’authentification, les “Xinjiang Police Files” ont fourni un nouvel éclairage sur l’emprisonnement des Ouïghours et d’autres minorités dans la région.

Les organisations de défense des droits de l’homme affirment que la Chine a arrêté plus d’un million de Ouïghours contre leur gré dans un vaste réseau de “centres de rééducation”, et en a condamné des centaines de milliers à des peines de prison ces dernières années.

Plusieurs pays, dont les États-Unis, ont accusé la Chine de génocide au Xinjiang.

Mais qui sont les Ouïghours, et pourquoi sont-ils persécutés ?

Voici tout ce que vous devez savoir à ce sujet.

Qui sont les Ouïghours ?

Les Ouïghours sont un groupe ethnique originaire de la région de l’Asie centrale et orientale, à laquelle ils sont culturellement associés.

Ils constituent l’une des 55 minorités ethniques officiellement reconnues en Chine et sont originaires de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine.

A lire aussi :  Nous connaissons tous les couleurs de notre drapeau mais savez-vous ce que représentent les couleurs du drapeau français ?

Les Ouïghours ont toujours vécu dans un certain nombre d’oasis disséminées dans le désert du Taklamakan, dans le sud-ouest du Xinjiang. Au cours de l’histoire, ces oasis ont existé en tant qu’États autonomes ou ont été gouvernées par diverses civilisations.

On estime que 80 % des Ouïghours du Xinjiang vivent toujours dans le bassin du Tarim, une région du nord-ouest de la Chine d’environ 390 000 miles carrés.

Les autres Ouïghours du Xinjiang vivent principalement à Ürümqi, la capitale de la province, tandis que d’importantes populations ouïghoures se trouvent également au Kazakhstan, au Kirghizstan, en Ouzbékistan, au Pakistan et en Turquie. On trouve également de plus petites communautés en Arabie saoudite, en Jordanie, en Australie, en Russie et en Suède.

Pourquoi y a-t-il des tensions ?

Au cours du 10e siècle, les Ouïghours ont commencé à s’islamiser et, au 16e siècle, une majorité d’entre eux se sont identifiés comme des adeptes de l’islam, une foi qui a joué un rôle essentiel dans la culture et l’identité ouïghoures.

L’islamophobie pourrait expliquer en partie les persécutions dont ils sont victimes de la part du gouvernement chinois, mais elle n’est qu’un facteur parmi d’autres dans une relation longue et complexe entre les deux parties.

L’ère de répression la plus récente a commencé en 2014, lorsque les Ouïghours vivant au Xinjiang ont commencé à être exposés à des abus généralisés aux mains du gouvernement chinois, notamment la stérilisation forcée et le travail forcé, et la mise en œuvre de contrôles et de limitations substantiels de leur vie religieuse, culturelle, économique et sociale.

La surveillance policière accrue au Xinjiang vise à trouver des preuves d'”extrémisme religieux”, ce qui, aux yeux du gouvernement chinois, peut être quelque chose d’aussi simple et peu concluant que de se laisser pousser la barbe ou d’arrêter de fumer ou de boire.

Mais les tensions entre les Ouïghours et le gouvernement chinois existent depuis longtemps.
Depuis l’incorporation de la région du Xinjiang à la République populaire de Chine en 1949, des facteurs tels que les politiques gouvernementales visant à promouvoir la culture chinoise tout en réprimant les manifestations de l’identité ouïghoure, ainsi que les fortes réactions au séparatisme, ont contribué aux tensions.

A lire aussi :  La Chine va-t-elle envahir Taïwan ? Les tensions expliquées, l'avertissement de la Chine aux États-Unis et la raison de la visite de Nancy Pelosi à Taïwan.

Ces tensions ont pris la forme d’une agitation et d’un désordre public de grande ampleur, présentés par le gouvernement chinois comme un séparatisme anti-chinois.

De quoi la Chine est-elle accusée ?

Plusieurs pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et les Pays-Bas, ont accusé la Chine de génocide, qui se définit comme “l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux”.

Les rapports indiquent que la Chine a procédé à des stérilisations massives forcées de femmes ouïghoures afin de réduire la population, qu’elle a enlevé des enfants à leurs familles et qu’elle a tenté de détruire les traditions du groupe.
Depuis 2017, au moins un million de Ouïghours ont été emprisonnés illégalement dans des installations d’internement au Xinjiang, selon des experts.

Les responsables du gouvernement chinois affirment que ces camps servent à garantir l’adhésion à la doctrine du Parti communiste chinois (PCC), à prévenir le séparatisme, à lutter contre le terrorisme et à fournir une formation professionnelle aux Ouïghours.

Cependant, certains de ceux qui ont réussi à fuir les camps ont fait état de tortures physiques, mentales et sexuelles. Des femmes ont parlé de viols dans les rues et d’agressions sexuelles.

Toutes les accusations de violations des droits de l’homme dans le Xinjiang sont niées par la Chine.

Elle affirme que les militants organisent des bombardements, des sabotages et des troubles civils, mais elle est accusée d’exagérer la menace afin de justifier sa persécution des Ouïghours.

Véronique Genre
Véronique Genre
Rédactrice pour le site ufc-star.com, j'écris sur des sujets passionnant liés au monde du sport. Autrement je suis une célibataire de 30 ans et j'habite à Nice. J'adore écrire et suis mordue de randonnée !
RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments