dimanche, décembre 4, 2022
AccueilDiversLa princesse secrète de Belgique, Delphine, révèle pourquoi elle a attaqué son...

La princesse secrète de Belgique, Delphine, révèle pourquoi elle a attaqué son père royal, l’ancien roi Albert, en justice.

J’ai toujours été connue comme la bâtarde”, a déclaré l’artiste belge devenue princesse.

Deux ans après avoir été nommée princesse de Belgique, Delphine de Saxe-Cobourg-Gotha insiste sur le fait que le titre ne lui est pas monté à la tête.

“Les princes et les rois ne m’ont jamais impressionnée”, dit-elle. “Je n’ai jamais, jamais rêvé de devenir une princesse. Mais je savais que si je ne faisais pas quelque chose, on m’appellerait toujours la bâtarde.”

Qui est Delphine la princesse de Belgique ?

Delphine s’exprime enfin après avoir gagné son procès contre son père, l’ancien roi de Belgique, Albert II, qui a refusé d’admettre que la “princesse secrète” était le résultat de sa liaison extraconjugale de 18 ans avec sa mère.
Ce n’est qu’en janvier 2020, après qu’un test ADN ordonné par la justice ait prouvé qu’il était son père biologique, qu’Albert – qui avait alors abdiqué le trône – a reconnu que Delphine était son enfant naturel. Quelques mois plus tard, elle se voit officiellement accorder le droit au titre de princesse et un nom de famille royal : Delphine Boël devient Delphine de Saxe-Cobourg-Gotha.

L’artiste de 54 ans, qui a fait ses études au Chelsea College of Arts de Londres, raconte avec franchise la longue épreuve qu’elle a traversée pour être reconnue comme la fille du roi.

Dès son plus jeune âge, Delphine savait qui était son père biologique. Albert, qu’elle surnommait “papillon”, était une présence constante dans son enfance, l’emmenant même en vacances.

Sa mère, la baronne Sybille de Selys Longchamps, est mariée à l’industriel Jacques Boël. Albert, considéré comme un prince playboy, est marié à Paola, une aristocrate italienne très glamour. Le frère aîné d’Albert, Baudouin, était roi au moment de la liaison.

“Ma mère pensait qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfants”, raconte Delphine. “Elle a fait neuf fausses couches avec Jacques. Et puis elle a commencé à voir Albert. Elle était séparée de Jacques mais toujours officiellement mariée avec lui.” Le monde extérieur ne connaissait pas la vérité, même après qu’Albert ait été couronné roi en 1993.

L’histoire n’a été rendue publique qu’en 1999. “Et là, tout s’est emballé”, raconte Delphine. À l’époque, elle se trouvait à Londres, où elle avait passé la majeure partie de sa vie. “Je me suis soudain retrouvée un peu comme dans le film Notting Hill, avec des paparazzis partout”.

A lire aussi :  Quelle quantité d'eau un chat adulte doit-il boire ?

Dans un premier temps, elle est restée en contact avec Albert, qui l’a rassurée en lui disant que tout allait se tasser. Mais en 2001, le ton change : il dit à Delphine qu’il n’est pas son père et rompt leur contact, la laissant en état de choc.

Ce n’est que quelques années plus tard, lorsque Delphine a eu ses propres enfants, qu’elle a commencé à remettre en question le comportement de son père. “J’ai commencé à me dire : “Ce n’est pas normal”. Je me suis aussi demandé si cela allait continuer, et ce qui allait arriver à mes enfants. Que va-t-il leur arriver quand ils seront plus grands ? Vont-ils toujours se demander qui était le père de leur mère ?”
Elle a finalement lancé une action en justice pour obtenir sa reconnaissance en 2012, mais elle a traîné pendant des années. Albert a continué à nier sa paternité, mais lorsqu’il s’est retiré du trône belge en 2013 en faveur de son fils, Philippe, il a perdu son immunité juridique. En 2019, un tribunal a fini par lui ordonner de fournir un échantillon d’ADN, ou de s’exposer à une amende de 5 000 € pour chaque jour de refus.

Après que le test soit revenu positif, Albert a admis à contrecœur qu’il était le père de Delphine. Une décision de justice ultérieure lui a accordé les mêmes droits et titres que les enfants légitimes de son père – tandis que ses enfants ont été reconnus comme princesse et prince avec le style de Leur Altesse Royale. “Parfois, dans la vie, il faut passer par la boue”, dit-elle. “Parfois, il y aura des moments horribles. Mais vous devez les traverser.”

Elle est également fière de briser les tabous concernant les enfants nés hors mariage, qui sont désormais plus nombreux que ceux issus de couples mariés en Belgique. “Ou si vous avez un enfant bâtard, ou si vous avez des enfants d’un premier mariage dont vous ne voulez plus entendre parler”, ajoute-t-elle.

A lire aussi :  Biodégradable Vs compostable : Quelle est la différence ?

Delphine est catégorique : elle veut continuer à exercer son métier d’artiste. “Je suis très heureuse d’avoir eu toute une carrière derrière moi. C’était aussi très important pour moi de faire mes preuves avant que quelque chose comme ça n’arrive”, dit-elle. Le mois prochain, elle expose à Saint-Tropez des peintures massives portant des slogans tels que “Tout va bien se passer”, enveloppées dans de lourds cadres dorés.
Elle a également utilisé sa tribune pour soutenir ses causes préférées, notamment la Fondation Make-A-Wish, qui a été l’organisme de bienfaisance qu’elle a choisi l’année dernière lorsqu’elle a participé à l’édition pour célébrités de l’émission télévisée belge Dancing with the Stars. Elle défend également les jeunes créateurs de mode belges en portant leurs vêtements lors de ses apparitions officielles. “J’aime l’idée de pouvoir aider”, a-t-elle déclaré. “J’aime l’idée de pouvoir mettre les talents belges sous les feux de la rampe, car nous avons beaucoup de créateurs de mode, de cordonniers, de chapeliers, de fabricants de sacs étonnants.”

Mais malgré toute la douleur de sa rupture avec Albert, et les longues batailles juridiques, Delphine a sauté sur l’offre de réconciliation. Le roi Philippe – qui a assisté aux funérailles de la reine à Londres – a fait le premier pas à la fin de l’année 2020, en invitant Delphine à le rejoindre pour un déjeuner au palais.

Puis, quelques jours plus tard, Albert et Paola l’ont invitée au château de Belvédère, la résidence officielle du couple royal, juste à côté de Bruxelles. Était-ce gênant ? “Non, pas du tout”, répond-elle. “C’est comme si nous ne nous étions jamais séparés, ce qui est très, très étrange”.

Cela a conduit à des rencontres avec le reste de la famille. Là encore, Delphine affirme que ce n’était pas aussi délicat qu’on pourrait l’imaginer. “Quand on est vraiment parents, quelque chose se passe et c’est naturel”, dit-elle. “Toute la famille fait des efforts. Nous ne nous voyons pas toutes les cinq minutes. Je suis occupée, ils sont occupés. Certaines personnes pensent que nous sommes assis tout le temps et que nous buvons du thé. Ce n’est pas le cas. Mais petit à petit, nous apprenons à nous connaître.”

William Gomes
William Gomes
Grand sportif, j’allie mon job avec ma passion , je n'aurais jamais pu espérer mieux. Vélo, boxe et running font parties de mes sports favoris que je pratique plusieurs fois par semaine. Merci a ufc-star de m'avoir choisie pour écrire des articles
RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments